Accueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Poster un nouveau sujet
  
Répondre au sujet
Invité
avatar



Sujet: Et la scène n'est qu'illusion •••dolly   Lun 5 Aoû - 0:26

Dolly

imagine that the life you thought you shared wasn't really there




••• Nom :Dolly
••• Surnom(s) : L'enfant star, l'idole inter-galactique  
••• Racine : Artificielle
••• Branche : Poupée Gigue
••• Vieillesse : Encore adolescente, elle est jeune pour son espèce.
•••Planète d'origine : Cassiopeïa, la capitale.

••• Pulséen, que penses-tu de ta chère galaxie ? Que dire de ta galaxie?! La plupart du temps tu hésites entre l'aimer ou la détester ta chère galaxie, Dolly. Elle abrite tes fans et ton désir est de la protéger plus que n'importe quoi. Mais à cause d'elle tu ne peux pas choisir celle que tu voudrais être. Dès fois il t'arrives de te dire que sans elle, tout serait plus simple, tu serais libre. Cruel dilemme!
••• Et les autres habitants ? Comment les vois-tu ? Est-ce réellement l'harmonie entre vous ? Tu les aimes les habitants de Pulsar. Ils sont ta vie, ceux pour qui tu mourrais. Les habitants, ce sont tes fans et tu ferais n'importe quoi pour leur rendre la vie plus facile, pour leur donner le sourire rien qu'un instant. Sans eux tu aurais déjà essayé de quitter ce monde. Tu aimes à penser que tu n'est pas seulement leur poupée, mais que dans un sens tu leur donne l'espoir d'un avenir meilleur.
••• Pas trop difficile la vie sur Pulsar, dis moi ? Ta vie à toi n'est pas difficile. Tu es aimée, tu as de l'argent, tu ne manque de rien. Pulsar c'est ton chez-toi, même s'il t'arrive de détester cet endroit. À force de voyager, tu en connais les moindres recoins, ta vie est passionnante et tu évites de t'en plaindre.
••• Ton avis sur votre politique ? La politique c'est pas pour toi pauvre poupée. T'y comprends pas grand chose, mais tu sais bien qu'un jour il va falloir t'y mettre. Avec ton statue, tu pourrais aussi bien rallier de nombreux Pulsiens à la cause du Roi, que créer une révolution. Alors tu l'étudies la politique, même si pour le moment tu n'y comprend rien.
••• Et les humains, ces drôles de créatures, comment les reçois-tu ? Méfiant ou accueillant ? Un avis quelconque sur eux ? Les humains sont libres, les humains sont tous différents, les humains ne sont pas comme toi. D'un coté t'en a peur et de l'autre, tu les envie. Leur vie est pleine de liberté, ils ont l'habitude de choisir. Mais tu ne leur fait pas totalement confiance. Tu es une poupée construite et ces humains n'ont pas l'air de traiter avec respect les objets pouvant être construit par leur propres mains.
••• Quel souhait fais-tu aux étoiles du ciel de ta Galaxie ? Pouvoir choisir ton destin. Que jamais ta scène ne disparaisse et que ton conte de fée ne se finisse pas maintenant.
••• Vas-tu briller, pulséen ? Tu brilles déjà Dolly. Tu brille de milles feux. Tu ilumines la galaxie avec tes chansons. Jamais tu ne t'arrêtes.


personnalité

It just existed in your head The reflection used wasn't you


Elle. Toujours sur scène, les yeux dans le vide, les pieds en rythme, le cœur qui accélère, la voix qui adoucie. Toujours cette lueur dans ses yeux, cette passion dans sa peau. Dolly, son nom résonne comme une prière. Dolly, et elle vole, défiant la gravité, l’imagination. Dolly, un espoir, une personne, un rêve, une voix, une poupée. Elle est la cendrillon de pulsar. Elle est un artifice, qui devient réel juste le temps d’une chanson, le temps d’un rêve. Simple poupée de porcelaine, fragile et vide, elle se laisse porter par les voix qui clament son nom, par l’attrait que la scène a sur elle. Incapable de s’arrêter, elle danse à en mourir, danse à en saigner, pour eux, pour lui, pour elle. De toute façon elle ne sait faire que ça Dolly, danser, chanter, donner espoir, faire sourire. Elle ne peut s’arrêter car elle est faite pour cette vie. Dolly mourra sur scène et nul part ailleurs. Dolly se casse, puis on la répare. Pauvre fragile petite poupée, elle danse, elle illumine la galaxie. Dolly s’oublie, Dolly se meurt, Dolly danse, Dolly chante, Dolly rêve, Dolly aime, Dolly haït, mais Dolly brille. Elle brille tellement fort que les étoiles sont ternes à côté d’elle. Mais comme elles, Dolly est vide de l’intérieur. Personne ne le sait, personne n’essaye de comprendre. Mais Dolly pleure tous les soirs, après avoir quitté la scène. Et si elle voulait goûter à une autre vie ? Et si elle voulait être libre ? Toujours et à jamais sur scène. Toujours et à jamais pour vous.


Elle. Une illusion, une vérité cachée. Qui est-elle ? Que veut-elle ? Dolly n’est qu’illusion. Dolly semble joyeuse, Dolly semble heureuse, mais l’est-elle vraiment ?  Elle se casse, on la répare tel un objet quelconque, elle rouille, on remplace ce qu’il faut. Personne ne voit cette face cachée de sa vie. Elle est sombre, triste, mais attirante. Elle se moque, elle veut tellement plus. Pauvre poupée, un destin tout tracé l’attend. Pauvre poupée, sans aucun contrôle. Elle est esclave de ses désires, forcée par son propre gré. Dolly, sombre pantin solitaire, quand la scène et la foule ne sont plus. Dolly, rayonnante idole aimée, quand la musique sonne et que les foules crient son nom. Dolly esclave de la scène, elle sourit sous les feux des projecteurs et l’artificiel devient vrai. Elle a trouvé sa place, elle ne veut jamais la quitter. Mais quand sonne l’heure, l’idole redevient la poupée vide sous une coquille. Elle ne chante plus que des chansons tristes et joue la marionnette sans la moindre envie. Elle n’est plus libre et en pleure de tristesse et de rage. Elle suit, obéit, mais elle vaut tellement mieux que ça. Seule, elle n’est qu’une pierre, son corps lui semble lourd et son cœur vide. Sur scène elle virevolte, saute, gravite, brille, comme personne d’autre.


Dolly poupée éphémère dans la vie, immortelle sur scène. Dolly ne jure que par ses fans. Elle les aime, leur doit tout et le leur rend. Dolly donne espoir dans toute la galaxie, mais n’a pas espoir pour elle. Dolly redoute une guerre contre les humains, mais ça ne changera rien pour elle. Car en tout temps, qu’il fasse beau ou qu’il neige, que la paix règne ou que la guerre éclate, Dolly danse et chante comme personne. C’est sa vie, son monde, sa drogue. Elle en a besoin, c’est une question de vie ou de mort.
Dolly est comme un oiseau enfermé dans une cage, une poupée désarticulée. Elle ne peux s’envoler, elle ne peut bouger, que quand la scène lui ouvre ses portes et que la foule crie son nom comme si c’était la seule chose qui compte au monde.

Elle brille dans son malheur.

 It's my life
Spoiler:
 


histoire

And wherever you are, land on another star


Créée pour devenir une enfant star. Dolly était la plus belle réussite d’un quelconque ingénieur en robotique. Créé en temps que Poupée Gigue, elle est faite pour danser et chanter sans jamais s’arrêter. Née petite, sorti d’un embryon artificiel par son créateur, Dolly n’a ni mère, ni père, ni sœur, ni frère. Dolly est née seule, Dolly restera seule. Son créateur ? Un mécanicien qui n’a fait qu’obéir aux ordres. Ils voulaient une star, quelqu’un qui puisse distraire les habitants pendant qu’ils détruisaient leur vie. Elle était ce quelqu’un, né pour distraire et faire oublier les horreurs de leur guerre. Sa naissance n’est pas pur hasard, elle est le fruit de collaborations, d’un rêve, d’un cauchemar. On l’a imaginé rousse, elle est rousse, on l’a imaginé grande, elle est grande, on l’a imaginé en porcelaine, elle est faible. On l’a imaginé chantante, elle a une voix envoutante. On l’a imaginé obéissante, elle rêve de s’évader. On l’a imaginé avec un cœur, elle en a un plus gros que prévus. Quand elle est née, on la disait parfaite. Elle été ce dont ils avaient besoin, elle été un rêve, un espoir et un objet. Elle avait été désirée par des scientifiques, des politiciens, des commerciaux, de toutes les races, de tous les âges. Elle avait le poids d’une destinée brillante sur ses épaules.
Elle été faite pour briller.
Elle été faite pour chanter et danser.
Elle été faite pour mourir jeune.
Elle état faite pour gagner l’immortalité.

Pauvre Dolly, elle n’a pas eu la chance d’avoir une enfance comme les autres. Dès qu’elle fut en âge de marcher, on lui apprit à danser. Dès qu’elle appris à parler, on lui donna des cours de chant. On lui apprit à sourire, à bien se comporter, à aimer. Elle apprit toute seule à haïr, à vivre. Dolly est maigre, elle ne mange pas, elle n’en a pas besoin. Pourtant il lui arrive de vouloir gouter à la nourriture, juste pour savoir le bonheur que ça procure. Mais son organisme ne supporte aucune nourriture et elle finit par tomber malade. Vous comprenez une idole en surpoids n’attire pas autant le regard qu’une belle poupée sans défauts et mince. Dolly n’a pas vécus avant ses douze ans. Elle n’était qu’un oiseau à qui on apprenait à voler, puis revenir tout seul dans la cage quand sonnait l’heure. Elle n’est pas souvent sortie de son agence. Entourée de mécaniciens de talent, d’agent, d’autres stars toutes moins bonnes qu’elle. Dolly suscitait la jalousie des autres, mais que pouvait-elle faire ? Elle ne pouvait pas être moins parfaite, elle ne pouvait pas moins bien chanter, moins bien danser, parce que c’est tout ce qu’elle savait faire. Au fil du temps, petit à petit, elle s’habitua à ce monde, et elle commença à aimer ça. On lui apprit à bien s’habiller, à être à la mode, à devenir une idole, une princesse.
Mais tout ceci n’était que le début.
Mais tout ceci ne représentait rien pour elle.

Dolly se souvient de la première fois qu’elle a enregistré un disque. Elle se souvient, de son premier concert. Le traque de ne pas faire ce qu’on attendait d’elle mais pourtant la certitude qu’elle allait être parfaite. Dolly avait peur pour la première fois. Peur qu’on ne l’aime pas, qu’on la jette comme n’importe quelle poupée cassée. Et puis, Dolly se souvient de sa première note, des acclamations du public après, de son nom qui résonnait dans les airs, des cris qui lui été destiné. Ce jour-là elle apprit à aimer son nom, celui qu’elle avait pourtant tant détesté les douze années auparavant.
Ce jour-là, Dolly s’envola.
Ce jour-là, Dolly aima.
Ce jour-là, Dolly était heureuse.
Et elle se promit que dorénavant, elle ne vivrait que pour la scène et ses fans.

Et puis elle grandit. Et puis elle devint immortelle. Petit à petit, l’oiseau gouta à la liberté et l’étendu du l’espace. Son succès était tel qu’elle enchaina les titres, les concerts. Grâce à ses fans, elle ne restait pas longtemps enfermée dans son agence. À quatorze ans elle pu enfin se balader dans une ville. Mais plus elle devenait célèbre et plus le danger rodait autour d’elle. Ceux qui ne l’aimaient pas voulaient la blesser. Les fans oubliaient qu’elle était un être de porcelaine et la cassaient. C’est là qu’elle rencontra Merzhin. Ce mécanicien qui la soigne à chaque fois qu’elle revient blesser.
Avant on ne faisait que la réparer, comme un objet endommagé. Elle n’était rien d’autre qu’une poupée fissurait. Mais lui, il la soigne. Mais lui il est différent avec elle. Elle le sent bien triste à chaque fois qu’il la voit cassée. Et elle se sent un peut plus humaine à chaque fois. Il lui arrivait même de se casser toute seule rien que pour voir cette expression sur son visage. Elle est égoïste, mais avec lui quand il la touche, quand il la répare elle a l’impression de valoir quelque chose d’autre, d’être quelqu’un d’autre que Dolly la poupée gigue.


Et puis il arrive le jour où sa vie ne lui suffit plus. Le jour où les humains arrivent. La première fois qu’elle en voit un son cœur saigna. Cette fillette de dix ans était si libre dans ses mouvements, dans ses sourires, comme dans ses pleures. Elle était ce que Dolly ne pourrait jamais être, libre comme l’air, remplit d’amour. Parce que Dolly est vide, peu importe le nombre de fois qu’on cri son nom. Peu importe le nombre de fois qu’elle brille de milles feux et qu’elle illumine le monde, Dolly ne se sent jamais plus vivante que quand elle est sur scène et qu’elle voit les yeux d’une fillette humaine ou pulsienne briller en la regardant. Pourtant même à ces moments là, Dolly est vide.
Dolly n’est rien.
Dolly n’est qu’un tas de porcelaine.
Dolly ne peut être amoureuse.
Dolly n’est pas humaine.
Dolly est vide.
Mais au moins Dolly brille.
Dolly apprend à s’envoler, dans leurs yeux.

Alors son monde changea. Alors elle changea. La petite poupée voulu se rebeller, la petite poupée, voulait gouter à autre chose qu’à sa vie. Mais elle ne le pouvait pas. Alors Dolly pleura jour après jour, seule dans sa chambre, enfermée entre quatre murs.
Dolly n’est pas faite pour être en cage.
Mais Dolly ne peut s’échapper sans tout perdre.
Quand on la proclama l’idole intergalactique, Dolly se dit qu’il était trop tard pour changer. Le piège s’était refermé sur elle, doucement, joliment.
Et maintenant que lui restait-il ?
Dolly, Dolly, pauvre Dolly, enfant star, poupée rêveuse. Tu rêvais d’être quelqu’un d’autre, pourtant tu ne pouvais te résoudre à abandonner ta vie d’artiste.
Alors Dolly pleure, Dolly cherche, Dolly chante et danse comme si la fin été proche. Maintenant sa mission prenait un autre sens. Elle était là pour réunir les humains et les pulsiens. Si c’était elle, elle le pouvait.
Si Dolly ne pouvait être libre.
Alors Dolly allait offrir la liberté aux autres.
Si Dolly ne pouvait être heureuse.
Alors elle allait harmoniser le monde, les espèces.
Si Dolly ne pouvait faire que chanter et danser.
Alors ses chants et sa danse allaient briller d’espoir.
Dolly va vivre. Avant de mourir, Dolly va briller tellement fort, qu’elle deviendra immortelle.
Ainsi, Dolly sera heureuse pour l’éternité dans le cœur des autres.


Lys

you better get real, real, real




••• âge : Celui d'un pokémon légendaire.
••• Sexe : celui d'un pokémon légendaire (comment ça elle est connue celle là !!
••• Avatar : Miki de Vocaloid UNe ROuseeeee !!!
••• Et sinon, comment votre fusée s’est-elle posée sur Pulsar ? : Grâce à Orphy chérie <3
••• Des petites suggestions ou un truc à ajouter ? : J'vous Kiff. "Vers l'infini et l'au delà".. J'VEUX DES FANS !!!
••• on a pas de question rigolote alors voilà un smiley : J'AI REUSSIS A POSTER AVANT MERCREDI


Sujet: Re: Et la scène n'est qu'illusion •••dolly   Lun 5 Aoû - 0:41
bienvenue sur pulsar dolly !


J'aime beaucoup ton interprétation de Dolly qui est douce et vraiment triste à la fois.
Pour ma part, tout me semble bon /n'oublies pas aux quelques fautes x: l'accord du "s" pour tu mais tkt même moi je fais ça ;D

BRREF JE VEUX LIRE TON HISTOIRE, DOLLY!
(je veux la chanter d'ailleurs)

edit danielamour ; je te donne mon approbation le plus approbateur quand à ton caractère hehe ♥ ♥ ♥
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar



Sujet: Re: Et la scène n'est qu'illusion •••dolly   Mar 6 Aoû - 12:53
It's done.
Bon je ne suis pas très douée pour les histoire.
Soyez indulgent (:
Bonne lecture ♥

Sujet: Re: Et la scène n'est qu'illusion •••dolly   Mar 6 Aoû - 13:27
Ton histoire était adorable, vraiment. <33333

••• Dolly •••



••• tu es née sur pulsar ! maintenant que tu t'es présenté à lui, le roi te remet ton registre à étoiles et te souhaite une étincelante existence parmi les astres.
Bonne chance, et surtout, brille.•••

n'oublie pas de recenser ton avatar !
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



Sujet: Re: Et la scène n'est qu'illusion •••dolly   

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PULSAR  :: COSMOLOGIE :: NOUVELLES NÉBULEUSES :: NAINES BLANCHES-